Rochefort d'Abord le forum

Le forum du site Rochefort d'Abord
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Compteur

Partagez | 
 

 « l'Exil de Marie Mancini à Brouage ».

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RONNIN
Admin
avatar

Messages : 283
Date d'inscription : 06/06/2014
Age : 51
Localisation : Rochefort

MessageSujet: « l'Exil de Marie Mancini à Brouage ».    Mer 14 Déc - 10:14


L'exil de Marie Mancini à Brouage ? Oui ? Le rapport avec Rochefort et Rochefort d'Abord ?

En fait plus qu'on ne le croit,, ceux qui vont au Palais des Congrès, passe peut-être même sans le savoir sous la représentation de ce fait historique.
Une grande, belle et triste histoire d'amour, au plus haut sommet de l'État, snif (oui je sais, ça fait toujours ça quand on l'apprend).



Avant de se pencher sur ce fait historique, très intéressant, le plus important dans cette histoire et qui mérite toute notre attention, vient du fait que le peintre est un régional, Mr Christian Couillaud, né en 1901 à Nieul /mer, disparu en 1964, un peintre peu connu au regard d'autres noms de l'époque.
Un personnage discret, selon les George Couillau (son fils), mais pas seulement, un peu de patience !


on peut imaginer facilement Marie assise, une de ses sœurs, Colbert de Terron en noir, alors intendant de Brouage et complice actif de Marie, et peut être des mousquetaires de sa garde.

Pourtant il suffit de taper son nom dans votre navigateur préféré pour voir l’étendue du talent de Mr Couillaud, il peignait beaucoup de vues ou de paysage de la région personnellement j'ai un « gros » faible pour ses paysages de marais.
Passez depuis des années devant cette toile immense, unique, probablement la plus grande réalisée par le peintre, sans même réellement savoir qu'il s'agit d'une œuvre majeure d'un peintre local, d'en connaître l'histoire, cela sentait l'injustice et l'oubli, donc RONNIN ! Café, clavier, tel, est plongé dans l'histoire.



Pour ce faire je ne serais pas seul, j'ai contacté, presque par hasard une personne extraordinaire, qui malgré des soucis de santé, m'a très gentiment répondu, guidé, émerveillé, il s'appelle Georges Couillaud, et n'est autre que le fils de l'artiste, nous allons voir pourquoi la surprise fut grande.

Je partais de l'idée que le tableau daté des années 60 au pire fin 50, en fait, et c'est le point de départ de l'histoire, il a été peint à Nieul sur Mer, dans la salle des fêtes, avant-guerre, je pense en 1936, ce n’était pas tout à fait clair pour Georges (il n'avait que 4 ou 5 ans à l’époque), mais en recoupant ses précieux renseignements avec un autre fait, la construction de l'Apollo (le cinéma) en 1936, et le fait que l’œuvre a été très certainement créée pour l'inauguration de ce lieu confirme assez précisément la chronologie.
Donc, dans cette salle des fêtes, non seulement le maître est là, mais aussi son fils et la surpris ! Un bambin de cinq ans pour qui les souvenirs sont tenaces, il se rappelle les couleurs claires employées, la taille monumentale de la toile, qui doit avoisiner les 100 mètres carrés, la maquette de l’œuvre qui servira à reporter sur la toile le dessin original, il en parle avec délice, comme un enfant qui raconte sa dernière visite extraordinaire à ses copains, merci Monsieur.



Je pense, mais c'est à confirmé bien sûr, que cette œuvre à été commandé pour la décoration du hall du cinéma Apollo, immense monosalle de cette époque, aaaah oui j’oubliai, il a bercée une partie de mon enfance, quand gamin je passais de longs moments parfois devant au cinéma, oui ma Maman y était ouvreuse, c'est comme ça que je l'ai connu dans les années 70, 40 ans après Georges, et donc depuis plus de 40 ans !
D'ailleurs en y réfléchissant un peu, c'est son 80e anniversaires cette année
Je suis heureux d'avoir été aussi une surprise pour mon interlocuteur, qui ne savait pas ce qu'était devenu cette œuvre et qui est maintenant impatiente de pouvoir venir la contempler de nouveau, après presque 80 ans!
Cet exil donc ! et le fruit d'une volonté du Cardinal Mazarin oncle de Marie et de la Reine Anne d'Autriche, de mettre fin à une idylle montante entre Marie et Louis XIV, dont le mariage aurait pu être une catastrophe politique et diplomatique, l’éloignement forcé des deux amoureux, le mariage non moins aidé de Louis XIV à l'infante d’Espagne, Marie-Thérèse d'Espagne mirent définitivement fin à cet amour impossible.
et c'est accompagné de deux de ses sœurs cadettes, Hortense et Marianne que son exil se passera entre autres à Brouage.



Un poème de Jean Landry (1899-1932), intitulé,

Pèlerinage d'amour de Louis XIV à Brouage.

Le jeune roi qui vient d'Espagne est seul et rêve,
Sur les remparts dressés par le grand Cardinal,
Et son regard distrait vogue sur le chenal,
Vers l'île d'Oléron, le sable de la grève...
Mais le doux horizon d'Aunis est sans attrait,
Pour ses yeux attristés, qui se voilent de larmes,
Car Brouage et son port n'ont pour lui que le charme
De l'amour dont son cœur n'a pas été distrait...
Malgré tous les efforts de Monsieur l'Intendant,
Et le jeu, seul plaisir de cette forteresse,
C'est là qu'elle connut de l'exil la détresse.
Et tous les désespoirs de son cœur imprudent...
Pauvre et tendre amoureux, il l'appelait "ma reine",
Reine, elle pouvait être et le fût dans son cœur
C'est là qu'elle voulut, bannie et sans rancœur
Apaiser loin de lui sa passion sereine...
Elle rêvait, aimant des lettres et des arts,
Et craignant ainsi que le fit Bérénice
Quand pour l'adieu suprême, elle dit sans caprice :
"Sire, vous êtes roi, vous pleurez, je pars."
Avec de longs soupirs, le Roi suit le rivage,
L'Infante, son épouse, aurait pitié de lui,
Tant il fait peine à voir, ainsi seul dans la nuit,
Cherchant ses rêves morts, sous les murs de Brouage.



Une belle histoire ce tableau, qui nous à balader a travers 80 ans d'histoire rochefortaise et alentour, fait découvrir un grand peintre local, entrouvert un coin sombre de l'histoire de France, et réglé un compte au mystère que je m'étais faits de ce tableau qui m'attire depuis ma tendre enfance, je pense que vous ne passerez plus sous ce tableau de la même façon maintenant.

Et je pense qu'il serait temps, de mettre une petite plaque rendant hommage à Christian Couillaud, à l’histoire du tableau et à l'histoire tout court.
Les divers tons des couleurs pour ce même tableau, son le reflet de recherches pour tenter de retrouver la couleur originelle surement un peu passée de l’œuvre, qui apparemment restent en relativement bon état (pour l'instant).

Quelques mots d'amour... Marie Mancini à Brouage



L'article original sur Aquaphot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rochefortdabordforum.forumactif.org
 
« l'Exil de Marie Mancini à Brouage ».
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Havre Marie-Galante GOURNAY GUESNON 17è
» quelque photos d'un paras qui est a bord du louise marie
» anniversaire Marie Christine
» ° FEUGRAY Marie Anne Marguerite
» Thiouville +ROUSSEL Marie Anne epouse ROGER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rochefort d'Abord le forum :: Photos :: Reportage photos-
Sauter vers: